1111

La Fonction publique

  • Article publié le 5 avril 2022
  • /
  • 391 visites

Élections présidentielles 2022 I La fédération CGT des services publics interpelle les candidat·es

En ce début d’année, nous avions exprimé notre résolution « En 2022 imposons d’autres choix ». Que ce soit au travers de nos résistances et revendications locales et par les mobilisations interprofessionnelles, tout comme singulièrement celle du 31 mars, œuvrons pour la lisibilité des intérêts particuliers des agent·es du versant territorial de la Fonction publique.

Nous ne pouvons rester spectateur·rices des échéances électorales politiques de la période et, là aussi, nous avons nos choix à faire valoir pour une rupture avec les politiques néolibérales qui nous font souffrir et qui détruisent les services publics.

La Fédération a donc décidé d’interpeller les candidat·es à l’exception bien sûr des trois représentant·es en lisse de l’extrême droite.

« La période de pandémie que nous traversons encore a largement démontré l’engagement plein et entier des agent·es et fonctionnaires de la Fonction publique territoriale. Loué·es pour leur engagement au quotidien auprès de la population, souvent en première ligne pendant le confinement, leurs droits et leurs conditions de travail ont fortement été attaqués par la mise en place des mesures de la loi de transformation de la Fonction publique. Applaudi·es par la population, leur rémunération liée au point d’indice reste dramatiquement basse à cause du gel de ce dernier depuis maintenant douze ans.
Ainsi, depuis de trop longues années, au lieu de faire évoluer la Fonction publique afin qu’elle réponde aux nouveaux enjeux sociaux et environnementaux, les différents gouvernements n’ont eu de cesse de réduire les dépenses publiques, de casser le statut et de provoquer une baisse de près de 0,4 % des effectifs de fonctionnaires pour l’année 2020, une première depuis la création du statut !

Aujourd’hui, la Fédération CGT des Services publics estime qu’il est urgent de réorienter le budget de l’État afin que l’argent public soit destiné à l’intérêt général.

- La CGT reste attachée au statut de la Fonction publique, socle commun de notre république sociale, sa codification participe à son extinction.
- L’augmentation significative et urgente du point d’indice permettant le rattrapage des pertes du pouvoir d’achat, une meilleure reconnaissance des qualifications, notamment pour les filières à prédominance féminine, sont, pour la CGT, de légitimes exigences auxquelles il convient de répondre concrètement.
- Des créations d’emplois statutaires dans de nombreux secteurs, la titularisation de dizaines de milliers de contractuel·les doit également être mise en œuvre.
- La diminution du temps de travail à 32 heures hebdomadaires et une reprise des accords locaux plus favorables sur le temps de travail sont à envisager d’urgence.

D’une façon générale, la loi de transformation de la Fonction publique et toutes les mesures et ordonnances qui en découlent sont à abroger d’urgence.
Enfin, et pour en demeurer à l’essentiel sur la question des personnels, la question des retraites ne peut être ignorée. La Fédération CGT des Services publics se prononce pour le retour de la retraite à 60 ans et des départs anticipés à taux plein pour les carrières pénibles, et contre toute remise en cause du système de retraite fondé sur la répartition et la solidarité intergénérationnelle.

La Fédération CGT des Services publics tient également à réaffirmer son attachement à la démocratie locale. Son exercice au service de toute la population doit rester possible grâce à des dotations et une refonte de la fiscalité locale qui redonnent aux collectivités l’indépendance financière nécessaire pour répondre aux besoins de leurs usagers et usagères dans le cadre d’un service public territorial renforcé. La libre administration ne peut s’exercer que dans ce cadre-là.

À ce titre, les réformes territoriales de ces dix dernières années ont montré leur limite et la loi 3DS parachève cette phase de déconstruction de la démocratie locale auxquels les Français et les Françaises sont attaché·es. Le désengagement de l’État, la perte de moyens financiers, l’absence de réponses aux besoins sociaux auxquels répondaient les collectivités locales ont participé à l’irruption de mouvements sociaux inédits ces dernières années. Ne pas avoir de réponses à la hauteur des enjeux, dans le cadre du service public, serait, de notre point de vue, une erreur. »
En cette période, partageons cette interpellation avec nos syndiqué.es, nos collègues à l’occasion des mobilisations, mais aussi nos employeurs.

Retrouvez en pièces jointes le courrier fédéral d’interpellation des candidat·es et les réponses des candidat·es parvenues à ce jour



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20