1111
  • Article publié le 17 janvier 2023
  • /
  • 321 visites

Retraites : l’escroquerie sociale du Rassemblement national

À la veille de la mobilisation contre la réforme des retraites, le Rassemblement national veut encore une fois apparaître comme un parti qui serait du côté des salarié·es et des travailleurs·euses précaires. C’est une imposture ! Le RN a changé plusieurs fois de positionnement sur les retraites et a abandonné la revendication de la retraite à 60 ans. Pire, il demande des augmentations de salaires… en échange de baisses des cotisations patronales… qui servent à financer, les retraites !

Ses positionnements et votes à l’Assemblée nationale :

  • Salaires
    - Contre l’augmentation du SMIC
    - Contre l’indexation des salaires sur l’inflation
    - Contre l’encadrement des salaires
  • Pouvoir d’achat
    - Contre le blocage des prix des produits de première nécessité
    - Contre la gratuité des cantines et fournitures scolaires pour les plus modestes
    - Contre la valorisation des petites retraites
    - Contre la garantie d’autonomie jeunes à 1063 euros
    - Contre le gel des prix des loyers
    - Contre l’augmentation des hébergements d’urgence
  • Travail
    - Pour la fin des droits au chômage après abandon de poste
    - Pour la fin des allocations chômage si refus d’un CDI à la fin d’un CDD
    - Pour la réduction des droits au chômage des étrangers hors Union européenne
    - Pour l’interdiction de la présence des étrangers au sein des instances représentatives des entreprises
    - Pour la limitation du droit de vote des travailleurs précaires aux élections professionnelles
  • Écologie
    - Contre la taxation des yachts et jets privés
    - Contre la suppression de la niche fiscale du kérosène aérien
  • Fiscalité
    - Contre une taxe sur les revenus supérieurs à 3 millions d’euros
    - Contre une taxe sur les superprofits
    - Contre l’augmentation de la TVA sur les produits de luxe
    - Contre la hausse des moyens pour lutter contre la fraude fiscale
    - Contre le rétablissement de l’ISF
    - Pour la hausse du plafond de défiscalisation des heures supplémentaires
    - Pour la baisse des impôts de production (CVAE)
  • Éducation - culture
    - Contre la gratuité des fournitures scolaires pour les plus modestes
    - Contre l’achat de mangas avec le « pass culture »
    - Contre l’augmentation du budget des universités
    - Pour l’interdiction de l’écriture inclusive
  • Services publics
    - Contre le recrutement de sapeurs-pompiers et la revalorisation de leurs salaires
    - Contre l’attribution d’un milliard d’euros dans le cadre de la lutte contre les violences faites aux femmes

LE PEN, RETRAITES L’IMPOSTURE SOCIALE
Présentée par les médias comme opposante au recul de l’âge de départ en retraite, ses revirements et son programme économique conforme à la doxa libérale prouvent le contraire. Promesse phare de son programme de 2017, la retraite à 60 ans a été rayée d’un trait de plume par la candidate d’extrême droite. Après l’abandon de la sortie de l’euro, ses mesures fiscales ou les exonérations de cotisations promises aux patrons, c’est une étape de plus vers un retour à la ligne libérale pure et dure de son père. Son entourage tente de minimiser, plaidant une simple « inflexion » liée au contexte budgétaire post-crise sanitaire.
Quand bien même elle maintiendrait le départ à 62 ans, qui est déjà injuste, son système ne tiendrait pas longtemps, car il assèche le principe de cotisation sociale, notamment en exonérant les patrons. Quid du « salaire différé » et de la redistribution des richesses produites par le travail ?
Au final, ce genre de mesures aboutit à une baisse des « prestations sociales », dans la droite ligne de la politique menée par Emmanuel Macron.
Source : Les économistes atterrés


Télécharger le tract ci-dessous.



A propos

La Fédération CGT des services publics rassemble les personnels des :
- services publics territoriaux, communes, départements, régions et leurs établissements ;
- services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs pompiers) ;
- secteurs publics et privés du logement social ;
- secteurs privés des eaux et de la thanatologie (Pompes funèbres)
Elle regroupe plus de 85 000 adhérents, organisés en syndicats dans leurs collectivités ou entreprises, pour défendre leurs intérêts d’agents et salariés du service public, en convergence avec les autres salariés, les usagers et les populations.

Contact

Fédération CGT des Services publics
263 rue de Paris - Case 547
93515 MONTREUIL CEDEX

01 55 82 88 20